Je ne croyais pas pouvoir publier ces jours-ci… Mais certains amis ont pour muse des roses, d’autres ont la flamme du coeur, moi c’est la peine ma muse… C’est
elle, souvent qui me fait écrire, comme si, dans le geste d’écriture, la trace de mots, de ces mots que je ne peux prononcer sans pleurer, je pouvais trouver la paix de l’esprit…

Thérapie ? Je n’irai pas jusque là. Mais instants de mieux-être, peut-être…

La peine, elle ne se partage pas…
Mais on peut imaginer le chagrin de l’autre par rapport au sien
!

 Alors ce texte, il est pour elle, qui n’a même pas internet, et qui me manque… avec le dernier morceau de
musique qu’il aimait et qu’ils écoutaient tous les deux…  (Cliquez sur II si vous souhaiter écouter).

JEROME2.jpg

 

A Delphine,

Je pense à toi petite,
Tu ne viens plus nous voir !
Crois-tu que la douleur s’en va
Parce qu’on ne te voit pas ?

Au contraire c’était bon
Le partage avec toi
De nos souvenirs de lui,
Avant et avec lui !

Tu es loin et seulette
Et tu souffres toi aussi,
De son départ sans nous
Sans espoir de retour…

Ma petite Delphine
Tu resteras toujours
L’amour de mon garçon
Et ma tendre belle-fille.

Je regrette tellement
que pour nous protéger
Et Apaiser ta peine
Tu ne viennes plus nous voir…

Iras-tu sur sa tombe ?
Iras-tu donc le voir ?
Je ne peux y aller
C’est son père qui sera là.

Quant à moi, et j’ai honte,
Je vais très peu le voir
Préférant et de loin
Son image vivante.

Les souvenirs suffisent
Je ne peux regarder
Cette pierre glacée
Et le savoir dessous.

A chaque fois la plaie
Jamais cicatrisée
S’ouvre encore un peu
Laissant jaillir mes larmes.

Pendant des jours durant
Je revis cet instant
Où dans ce trou béant
Son corps, on a glissé…

Je n’ai vraiment pas
Envie de vivre çà.
Alors je n’y vais plus
Préférant l’évoquer.

Parler de lui encore,
Parler de lui toujours
A quelqu’un, à personne
A vous qui me lisez !

Il faut que je le fasse.
Pour ceux qui sont vivants
Sinon je vais sombrer
Dans cette nuit sans fin,

Celle de la folie…

Allons Delphine, parlons encore de lui…

« When the wind blows i can feel you,
Through the weather and

even when we´re apart
it feels like we´re together »