Catégorie : Uncategorized

Pour partager ton souvenir…

Juste pour partager ton souvenir, juste pour m’associer à la peine de ceux à qui tu manques, juste pour te dire mon amour de grand-mère, je te redis ces vers ma chère petite fille….

IMG_1082A ma petite fille Orianne,

J’ai pour toi, dans mon cœur, des millions de baisers
Qui s’échappent chaque fois que je te dis « je t’aime ».
Dans ton cou, sur ta joue, je pose mes lèvres usées
Guettant les sourires que sur ton visage je sème…

Je murmure des mots, au creux de ton oreille,
Des comptines, des ballades, de gentilles chansonnettes…
Elles te plaisent, bien que tu sois dans un demi-sommeil
Et tes yeux grands ouverts me disent que c’est la fête !

Te voilà repartie dans ce monde bien étrange
Où le corps n’est pas là, où l’âme vagabonde
Ce pays si joli, habité par les anges
Tu oublies pour un temps tous tes maux dans ce monde…

Courage, ma Petitoune, il te reste une épreuve,
Une porte à franchir pour joindre ce pays
Tu seras vite auprès des anges, en terre neuve
Et plus jamais tu ne souffriras en ce monde ci.

IMG_1089J’ai pour toi, dans mon cœur, des millions de baisers
Qui s’échappent chaque fois que je te dis « je t’aime ».
Dans ton cou, sur ta joue, je pose mes lèvres usées
Guettant les sourires que sur ton visage je sème…

… J’avais écrit ces vers en février dernier
Et pour un cours séjour j’étais allé te voir
Dans ton cou j’avais glissé quelques petits baisers
Si contente d’être là et encore te revoir…

Ce trente juin, décidée, tu as pris ton envol.
Tu as franchis la porte et dans ce bel espace
Où sans souffrir tu feras enfin, mille cabrioles
Tu t’en es allé… Et voilà, le temps passe…

J’ai toujours, pour toi, ces millions de baisers
Qui s’échappaient quand je disais, « je t’aime ».
Mais dans ton cou, plus jamais, de mes lèvres usées
Je ne les poserai. Restera un sourire sur ton visage blême…

 

 


La vie c’est…

Timide myosotis… le mouvement.
Quand tu arrêtes trop longtemps de bouger,
Tu meurs. 
Monique Proulx (Écrivain et scénariste belge, née en 1952)

 Un brouillon inachevé… datant du 4 janvier…
La lettre M peut-être, pour Mouvement ?… Pour le dico des citations de Domi…
A moins que ce soit la lettre V… comme vie !
Ou le B de Bouger…

Qu’importe… J’ai gardé cette phrase trop longtemps dans mes brouillons et avec le printemps, elle prend bien sa place… Non ?

Une étape...

– Une étape… incontournable pendant un festival !

Des voyages se profilent… Revoir des ami(e)s d’enfance, refaire des chemins à l’envers, redessiner des paysages lointains pour les yeux défaillants d’une maman, avec dans le cœur du bonheur, une folle envie de vivre… Des sentiments émanent d’un printemps tant attendu, surement !
Je vous l’avais dit… La vie… C’est le mouvement !

Chez MAT Atelier DU TI-FOURN à LANDUNVEZ, une halte s'impose

Chez MAT Atelier DU TI-FOURN à LANDUNVEZ, une halte s’impose

Alors, et vous, vous bougez ?

Beau week-end !

 

 


Un jour tu as grandi, un jour tu es parti…

LES TULIPES POUR LUI

Un jour tu as grandi, un jour tu es parti
C’est ce que font les enfants quand ils deviennent grands…

Alors pourquoi j’ai mal ?

Trois fois…
Don des jours, offrande d’un enfant…
Et de ces jours…
Que reste-t-il ?
Et des enfants…

Des vies éparpillées,
Des vies ratatinées,
Des moments de guerre et de comment faire la paix ?

Des petits enfants plein de vie,
D’autres qui ne sont plus
Et ceux qui cultivent le mot « oubli ».

L'équilibreReste alors les amis, portant tendre affection
Écoutant patiemment les peine et les chagrins
Donnant aux maux, une autre vie,
Pour qu’ils deviennent mots
De tendresse, d’amour, d’affection, de soutien,
Apportant, de cet espace où ils sont prisonniers
Des moments de grand éclat de rire…
Ou de sages conseils.

Un jour tu as grandi, un jour tu es parti
C’est ce que font les enfants quand ils deviennent grands…


Café-lecture… Mon attachement aux deux mots… sourires !

Voilà enfin l’aboutissement de quelque travail, pas trop « mal mené »…

Une petite bibliothèque (celle de mon village où je suis bénévole) durant une petite heure, participe à l’événement majeur de l’année concernant notre belle langue, le français.
La semaine de la langue française et de la francophonie, comme chaque année, nous permet de nous exprimer, de différentes façons, pour faire vivre les 10 mots !

Cette année, Dis-moi dix mots… à la folie ! Mais cela vous le saviez déjà, puisque j’ai publié un texte ici et qui sera lu demain !

Alors je ne résiste pas au plaisir de partager un café avec vous, à cette occasion, demain après-midi…

AFFICHE DIS-MOI DIX MOTS TRENTELS 2014

 

Belle fin de semaine !


Après une longue absence… (point d’interrogation)

« Reconnaître après une longue absence la rue, la route, le village, la maison, c’est connaître à nouveau la satisfaction d’avoir une maison… »
Harold Borland (Hal Borland) (1900 – 1978) Écrivain américain

couverture  réédition lorsque meurent les légendes - Gallimard

Couverture réédition lorsque meurent les légendes – Gallimard

Cet écrivain a écrit un roman qui peut bien illustrer son propos : « When the legend die » que l’on traduit par « Lorsque meurent les légendes ». C’est l’un de ses romans écrit en 1963. Il a été réédité en 1996 chez Gallimard.

Un film de Stuart Millar, empruntant le même titre, reprend une partie du roman. Les acteurs principaux sont : Frederic Forrest, Luana Anders, Richard Widmark et Vito Scotti. Autre époque, autre lieu, mais pour le héros indien, un retour aux sources, même si c’est dans sa réserve… Je ne vous en dis pas plus !

C’est courageux de savoir revenir vers sa maison… A une époque, nos enfants étaient pressés de quitter le foyer, pressés de « vivre enfin », de voler de leurs propres ailes. Certains ont réussi et tant mieux !

Un toit sur sa tête

Un toit sur sa tête

D’autres ont échoués… Combien reviennent, osent revenir chez eux ?… Combien sont accueillis, combien sont rejetés ? L’échec combiné au rejet… Imaginez la suite…

Aujourd’hui, mon humeur est grise et je pense à ces jeunes sans foyers et aux sans abris en général… L’automne les accueille avec encore, soleil tiède et nature généreuse. Mais dans les villes ?
Qu’ont-ils dan la tête ? Les souvenirs d’un foyer ? D’une vie heureuse ? Je connais quelqu’un qui en sait un peu plus que moi… Vous connaissez Pascale-Madeleine ? Non ? Alors faites un p’tit tour chez elle

Bandeau blog de Pascale Madeleine

Bandeau blog WordPress de Pascale Madeleine

Belle journée !