CIELS-NUAGES 3066

Là-bas, près de ma grange, mes yeux portent au loin,
Et cherchent une lumière, dans un ciel incertain.

Sur Penne et ses coteaux, le beau du Pays de Serres,
Le ciel très en colère rejoint les hautes terres.

L’autre côté du Lot, est bientôt dans ce noir
Que libère les nues annonçant un grand soir.

Là-bas, Penne d’Agenais s’enfonce dans les ombres
Disparait, s’effaçant sous les énormes trombes

Elles s’abattent comme folles, des filles sans raison,
Entrainant avec elles de violents compagnons.

J’ai nommé frère Tonnerre qui jure, sacrebleu,
Criant de toute son âme sur notre terre bleue.

Et sa sœur jumelle, Eclair, chaude comme le feu
Laissant voir sa colère d’une zébrure dans les cieux.

Juste, je fixe l’instant, sous les vents au pluriel
Accentuant la course des nuages dans le ciel.

Pour partager demain avec vous ces instants
Qui, le voyez-vous, m’ont donnés bien des tourments.

J’ai risqué et bravé les vilains éléments.
Qu’on pouvait qualifier de typhon, d’ouragan.

Mais je suis bien au chaud près de la cheminée
Ma maison, vielle dame, l’a laissé allumée.