Follette a ce matinFollette-16-03-11.jpg
Pour la première fois
Risqué dans le jardin
Son joli p’tit minois.

Une voiture, non loin
Est passé sur la route
Et Follette affolée
S’enfuit, mise en déroute.

Mais avec ce soleil
Elle ne peut résister
Et je vois ses oreilles
Dressées, s’agiter.

Oui, moi l’humain
Mon corps le sent
Cet air qui fait du bien,
Ce doux printemps !

Et toi, tu ne résistes point
A cet air délirant
Ton nez en est témoin !
Et tu n’as que deux ans !

C’est avec grand effroi
Que j’ouvre la fenêtre
Pour que nature soit !
Ne m’oublie pas Follette !