Voici la suite de la mésaventure.

Alors là c’est l’affolement général… Les provisions de carburant pour l’eau chaude sont presque épuisées, et le fournisseur vient de subir une demande brutale de livraison. Ma maison et moi ne seront livrée que dans dix jours, du coup, un matin nous constatons que Eau n’est plus chaude mais froide… Heureusement, la vieille dame qui a traversé les siècles, a connu des situations similaires et me souffle à l’oreille de stocker un peu d’Eau dans de grands récipients et sur la cuisinière, je les fais chauffer suivant le besoin !

Et nous tenons le coup jusqu’à la livraison !

Oui, mais … le carburant épuisé, la livraison de fioul en attente… Que fait l’amie Eau ?

Eau d’habitude si joyeuse se fâche. Elle décide de s’arrêter aussi comme sa copine Chaude-Hier puisqu’elle ne l’a réchauffe plus… De froide, elle devient glaciale !

Moi, je ne vois rien. Chaude-Hier reçoit enfin dans sa cuve, non loin de là, son carburant préféré… Je me dis que les ennuis sont finis.

Le maître de la citerne livreuse me conseille de remettre Chaude-Hier en route dans deux-trois heures, le temps pour les les trucs en suspension dans le fioul de se déposer au fond de la cuve. A l’heure dite, je suis surprise d’entendre comme un ronronnement au loin… Mais ce n’est pas possible, elle n’a pas le droit de se remettre en route sans ma permission.

Armée d’une lampe de poche, je sors dans la nuit noire – évidemment ce n’est pas pas en pleine journée que de tels événements ont lieu !

Quand j’ouvre la porte, c’est une méchante surprise que m’a fait la belle Eau… Elle a fait un gros caprice : elle a « pété » non pas un boulon, mais un autre tuyau…et elle s’échappe à grand bruit, la vilaine…Elle crache sa colère en rebondissant sur la carcasse de la vieille Chaude-Hier et elle se répand par terre sur une hauteur de dix centimètres…

J’ai un vrai moment de panique.

Il faut agir vite mais Chaudière est branchée courant électrique et je ne voudrais qu’elle passe aussi sa colère électrique sur moi…

Je n’y touche pas.

Il faut absolument que je ferme la vanne d’Eau. Sa force lui vient de ce compteur qui est située sous la dalle à pas moins de 50 cm au-dessous du sol…

Bon réfléchissons vite.

Si je ferme Eau je n’aurais plus…

Alors avant de pénétrer dans l’abri de Chaude-Hier, je fais à nouveau provision de quelques gouttes d’Eau, puis je me chausse en conséquence de bottes.  Pour la forme, je remonte ma manche gauche.

La dalle est soulevée, heureusement …Je pose un genou dessus, Eau est vraiment glacée et pénètre la toile de mon jean… Allez, courage : je plonge maintenant ma main, puis mon bras jusqu’au-dessus du coude…la lampe de poche dans l’autre main, je cherche désespérément ce robinet que je ne visualise pas… les secondes passent, mes doigts se raidissent et enfin je trouve la vanne qui se laisse faire…

Mon bras est glacée et j’ai terriblement froid… Je grelotte.

Impossible de prendre une douche bien chaude… Je me déshabille totalement et enfile pyjama et robe de chambre, non sans m’être vigoureusement frottée avec une serviette éponge bien rêche… histoire de faire circuler le sang dans ce bras lourd et froid, comme s’il était mort…

flambee

Je frotte, je frotte…puis je me couche, sous ma couette, dans la douce tiédeur que la vielle dame a bien voulu me garder entre ses murs.

Il faudra encore attendre deux jours pour la réparation de la fuite, puis encore deux jours pour réparer Chaud-Hier, qui est tellement fatiguée qu’elle n’a plus envie de travailler… Après les deux passages d’un gentil chauffagiste, et sensible à son charme, Chaude-Hier à céder. Mais je lui ai aussi promis de lui trouver une remplaçante… C’est surement cette nouvelle qui l’a aidé à « repartir ». Elle veut s’en aller fièrement, la tête haute et une bonne impression, un bon souvenir !

Voilà ! Depuis deux jours, Soleil est de retour, Neige est partie mais Gel revient hanter mes nuits… Enfin, c’est ce qu’il croit, car ma vieille maison et moi, l’ignorons complètement et songeons aux beaux jours qui arrivent et aux soins promis pour la rajeunir. Un insert, peut-être, un chauffage solaire… La réflexion est en route sérieusement.

Quant à moi… j’assume !