Minuit, c’est ni hier, ni aujourd’hui.l'heure H
Minuit c’est la frontière entre deux jours.
Minuit c’est un interstice, un intervalle, une fente dans le temps.
Minuit ne dure jamais.
Minuit est insaisissable, invisible et pourtant immuable, invariable, persistant.
Minuit c’est le début et la fin. Minuit c’est chaque jour, ou chaque nuit la même chose.
Minuit c’est un passage, rond carré, lisse ou ondulé mais ce n’est même pas une fraction de seconde.
Minuit c’est un mot.
Et minuit fut femme jusqu’en 1530 où l’on disait « mie nuit », puis devint homme.
Il sera invariable : « vers les Minuit » !
Mais même si minuit n’est qu’un mot et qu’il n’est rien,
Il se retrouve dans des expressions célèbres
Comme Minuit chrétien,
Minuit, l’heure du crime,
Il est minuit docteur Schweitzer,
Le soleil de minuit…  
Bien que fugace,
Minuit est parfois important.
Le minuit le plus célèbre c’est pour les trois-quarts de la planète, le Minuit de la Saint-Sylvestre.
Et ce minuit-là fait le tour de la planète !

Et pour rester dans l’ambiance, à savourer ci-dessous, le texte d’un maître !

 

L’heure du crine de Maurice Carême (Wavre 1899 – Anderlecht 1978) 

Minuit. Voici l’heure du crime.
Sortant d’une chambre voisine,
Un homme surgit dans le noir.

Il ôte ses souliers,
S’approche de l’armoire
Sur la pointe des pieds
Et saisit un couteau

Dont l’acier luit, bien aiguisé.
Puis, masquant ses yeux de fouine
Avec un pan de son manteau,
Il pénètre dans la cuisine
Et, d’un seul coup, comme un bourreau
Avant que ne crie la victime,
Ouvre le coeur d’un artichaut.