Ce titre… Green… Du vert des gazons anglais des terrains de golfs, son sens premier peut-être, au sens de naïf, jeune, inexpérimenté…

1041_bensba_est007930_H.jpg

 

Source Gallica :
Auteur : Carrière, Eugène (1849-1906)
Auteur : Anonyme Date[s.d.]
Sujet : Verlaine, Paul (1844-1896) — Portraits Format 62,3 x 50,3 cm ; 51,7 x 40,2 cm (au trait)
Source : Numéro d’inventaire ENSBA : PC 27072 ;
Dépôt légal (reversement) : Ministère de l’Instruction publique
Date de numérisation : 2002
Nombre de vues 1
Cote : NUM EST 7930
Bibliothèque d’origine Service des collections de l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts
Catégorie : Estampes : Portraits

 

La recherche du pardon de sa femme Mathilde, qui l’attend ? Qui l’abandonne ? Qui ne veut plus de lui ? Qui sait ? Personne. Qu’a-t-il réellement dans la tête lorsqu’il écrit
ces vers… Qui sait ? Personne…

On peut faire toutes les études littéraires que l’on veut, à moins d’interroger Paul Verlaine, lui-même (et encore, s’en souviendrait-il vraiment), on ne saura jamais vraiment ce qu’il a en tête,
lors de l’écriture de ce texte… Tout est confus… Il est en angleterre, il a croisé le chemin d’Arthur Rimbaud… On sait seulement avec certitude, qu’il écrit à Mathilde, souhaitant un pardon comme
un enfant en faute…

Je suis très émue de ce Paul Verlaine désemparé, le petit garçon dans l’homme qu’il était, ces mots si joliment choisi… Période anglaise où il écrit d’autres vers, pas toujours très gaies…. Je
crois qu’il faut être profondément malheureux pour pouvoir écrire des poèmes émouvants et sachant toucher le cœur ! La peine, le chagrin rend créatif… 

Un partage comme un autre ! La voix de Susan Graham, sur la musique de l’un des trois musicien ayant mis en musique ce poème, Reynaldo Hahn (Savez-vous qui sont les deux autres (*)? )

 Belle journée de printemps…

 

 

 

(*) Claude Debussy, Gabriel Faure