Je n’ai pas eu le courage de publier cet article il y a… longtemps… Disons que je cherchais une illustration qui convienne ! Un état d’âme dans humeur du jour dont je dois me débarrasser… 

Voilà que le soleil pointe le bout de son nez, alors je lui fais une place dans mon coeur pour y accueillir ceux qui m’aiment…

« Rupture », un texte d’Esther Graneck, poétesse que j’affectionne…

IMG_2907 (2) J’effacerai le temps
J’effacerai les jours
Mais je sais qu’au retour
J’irai me questionnant

Voilà
J’ai les mains vides
Vides sont mes mains
Vides
Parfois je les regarde, stupide
Et les feuilles tombent dans l’air limpide
Encore une fois

J’effacerai les places
J’effacerai les traces
Me faisant un espace
Dont tu seras absent

Encore une fois
Voilà
J’ai les mains vides
Et du creux de mes paumes arides
S’échappent fuyant entre mes doigts
Les restes d’un espoir pesant

IMG_2908 (2)J’effacerai les peines
J’effacerai les joies
Notre route bifurqua
Et chacun eut la sienne

Voilà j’ai les mains vides
Vides sont mes mains
Vides
Et les feuilles tombent dans l’air limpide
Encore une fois

Esther Granek, Ballades et réflexions à ma façon, 1978