Une triste nouvelle…

Eurovision_Song_Contest_1962_-_François_Deguelt_1

François Deguelt à 1962 Eurovision Song Contest à Luxembourg

Oui, je sais, ce n’est pas Brel, Ferré, Moustaki ou Barbara, ni Nougaro… Mais avec sa disparition, c’est le témoin des années heureuses de notre jeunesse qui rejoint tous ces grands de la chanson…

Fugace, une vision de l’enfance… Un regard sur le Transistor Radiola, rouge et blanc qui déverse langoureusement,une chanson de François Deguelt… Là, juste à côté de notre magnifique téléphone noir en bakélite… La glace de pied, sur le mur me renvoie mon image, une image de gamine énamourée… Et tout près de mon oreille, il chante… « Dis rien »… Je suis amoureuse… Le menton posé sur mes mains, je ferme les yeux… Qu’est-ce que c’est osé ces paroles, mais c’est doux à écouter…

Amoureuse à 10 ans… Oui, oui… Mais il le valait bien !

Je sais une de mes amies qui vient de me dire qu’elle aussi….

Je vous offre cette chanson : « Dis rien »... Un petit peu moins connue.
Et aussi un blog à découvrir (comme moi, ce jour)… Bien documenté…

[youtube]http://youtu.be/gvQAQoVc27g[/youtube]

Dis rien, dis rien, on s’aime
C’est ça le vrai poème
Et je me sens si bien
Mon corps noyé au tien

Je suis comme dans une vague
Où mon bonheur divague
C’est si profond, profond
Je me sens couler au fond

Dis rien, les mots sont bêtes
Quand on n’est pas poète
Ce sont des bulles qui crèvent
Les mots, ça tue les rêves

Mes mains jouent sur ta robe
Rien de toi ne se dérobe
Dans mes deux bras fermés
Laisse-moi, laisse-moi t’aimer

Dis rien, dis rien, mon âme
Tes yeux ont comme une flamme
Les mots sont tous les mêmes
Dis rien, dis rien, je t’aime

Je ne sais plus où nous sommes
Tu es femme et moi – un homme
Et si l’on meurt de ça
Je veux mourir cent fois
Cent fois, cent fois, cent fois

Une belle journée les nostalgiques… Hummm… Chut ! J’écoute….