Je réside en Aquitaine, (anciennement Duché de Guyenne).

Frontières imperceptibles, celles des départements… la Gironde, les Landes et les Pyrénées Atlantiques, le Lot-et-Garonne puis la Dordogne.
La Dordogne, à peu de chose près, est le territoire de l’ancien comté du Périgord (Peiregòrd ou Perigòrd en occitan). Lui aussi est « fractionné » par
des frontières invisibles et joliment coloré… Voyez plutôt ! 

https://www.humeurdujour.ramaje47.fr/wp-content/uploads/2013/06/PerigordS.jpg

Sources et creation 🙁http://fr.wikipedia.org/wiki/Utilisateur:Abrahami)

Mon village (Trentels-Ladignac) se trouve à l’aplomb de Monpazier, 30 à 35 km à vol d’oiseau… Je côtoie le Périgord pourpre…

Le Périgord pourpre (autour de Bergerac), est l’appellation la plus récente (1970). Elle est due à l’expansion du tourisme, le pourpre rappelant la couleur des
feuilles de vigne à l’automne. Autrefois le Bergeracois faisait partie du Périgord blanc.

(Sources 🙁http://fr.wikipedia.org/wiki/P%C3%A9rigord))

Vestiges du passé, les bastides, villages marqués encore pas l’architecture typique des « villes nouvelles » du Moyen-Âge… Je m’y promène avec en tête,
de capturer avec ma boite à images, les détails remarquables et cachés, le détail plutôt que la vue d’ensemble, souvent « polluée » par le modernisme de notre époque… J’aime les
vieilles pierres dans leur jus.

Nos bastides, en Lot-et-Garonne sont aussi remarquées, insérées et présentées comme les plus belles bastides du Périgord pourpre… Preuve que les frontières
départementales ou régionales sont, finalement, très peu de choses…

Aucune œuvre personnelle dans ce billet, seulement une observation amusée…

Bonne balade et belle semaine !